PODCAST – Les mots de Mamoudou Baidy Gaye, journaliste exilé


En Mauritanie, on le surnommait Dj Féroce. Journaliste et activiste pour la défense des droits humains, il animait avec verve des talk-shows sur Chiguit-TV, Sahel TV et à la radio. Il a fui l’Afrique pour la France au printemps 2018.

Pour compléter votre écoute, lisez son portrait dans Le Zéphyr N°1.

Le reporter a été recueilli par la Maison des journalistes à Paris : une structure unique au monde, qui aide les journalistes exilés à reconstruire leur vie en France.

Voici le podcast de son interview

Retrouvez aussi d’autres enregistrements sur Le Zéphyr.


Publicité du numéro Cuisine de la revue du Zéphyr

Derrière le micro…

Notre journaliste Valérie Pol, qui raconte les conditions de cette rencontre :

« Parfois, il faut savoir provoquer le hasard. Quand j’ai croisé la route de Mamoudou, j’étais dans les locaux de la Maison des journalistes (MDJ), une institution qui accueille les journalistes exilés car menacés dans leur pays. J’y interviewais la directrice de la MDJ, Darline Cothière. Puis, je passais saluer les rédacteurs de l’Oeil de la MDJ, un site d’information permettant aux journalistes réfugiés de continuer à bosser et à s’exprimer. J’y croisais Guillaume, qui m’a présenté quelques pensionnaires de la MDJ, dont Mamoudou, qui se préparait un café au réfectoire.

Là, nous avons fait connaissance, et je lui ai proposé de l’interviewer quelques minutes pour compléter mon entretien avec la directrice. Finalement, notre échange durera plus d’une demi-heure. Son histoire, ses mots, la force de son témoignage… Nous devions publier cela. Et c’est ce que nous avons fait dans le premier numéro du Zéphyr, consacré à la passion du journalisme. »


Sur Le Zéphyr, nos portraits sont en accès libre. Mais produire de l'information de qualité coûte de l'argent.

Nous éditons une revue papier : Le Zéphyr explore les passions qui font vibrer nos contemporains et raconte le monde qui bouge.

le zéphyr, la revue des aventures humaines

Soyez curieux, soutenez notre indépendance.