Julien, naturiste : « On a fait du nudisme un synonyme de sexualité »

Julien, fringant journaliste parisien, pratique le naturisme depuis 20 ans. C’est devenu pour lui une véritable philosophie, un style de vie. Alors, on essaie ?



Le journaliste ne renie pas un certain prosélytisme lorsqu’il est question d’aborder son style de vie. Calme, souriant, bien dans ses pompes et d’une grande honnêteté intellectuelle, la nudité semble lui réussir !

C’était il y a 20 ans. Ses parents allaient en vacances en Charente-Maritime, sur une plage mitoyenne d’une plage naturiste. Julien avait 16-17 ans, et leur a dit que le naturisme « le tentait« . Il a donc j’ai essayé, une fois et a trouvé ça bien. Dans un premier temps, il se mettais nu pour aller à la plage, se baigner, mais restait habillé au camping. Puis de fil en aiguille, il s’est suis intéressé aux sensations ressenties, et prit des contacts auprès d’associations, rencontré d’autres naturistes.

Racontez-nous la vraie première fois.

Je n’ai jamais eu de problème avec le fait d’être nu, même devant des gens, donc il n’y a pas eu de vrai renversement de tendance du style : « Claquement de doigt, je saute le pas. » Je voulais des sensations vraies, des sensations simples. Je fais super gaffe à ce que je mange : je ne suis pas vegan, mais je mange beaucoup de fruits et légumes, bio, je fais du yoga, de la méditation.. Pour dire les choses simplement, j’essaie d’être en adéquation avec moi-même. 

Au-delà de la nudité, le naturisme t’encourage à faire attention à toi, aux gens, à la nature, à la planète. Tout le monde ne le vit pas comme ça, mais pour moi, c’est une évidence. On a des pratiques qui ne diffèrent en rien des vôtres, sauf qu’on se déleste. J’essaie de faire le plus de choses possibles, nu. Le naturisme, c’est un peu comme une famille, une manière d’être ensemble : toutes les catégories sociales, professionnelles sont représentées, on ne se connaît pas mais on se dit bonjour (c’est très important), c’est super sympa.

La première tentative naturiste, ça ne doit pas être facile…

De fait, quand tu es nu pour la première fois, l’appréhension, c’est le regard des autres sur toi. Pourquoi ? Parce que dans la vie de tous les jours, on sait qu’on est, en permanence, regardés et qu’on regarde les autres. Une fois qu’on domine et qu’on surmonte le regard des autres, on vit pour soi et la peur s’évanouit : le plus important, c’est d’être bien pour soi. Le fait d’être nu en collectivité est aussi une bonne  »thérapie » pour des personnes qui ont un mal-être et une mauvaise estime de soi ; ça permet de relativiser, et de faire s’estomper des appréhensions du genre : « J’ose pas, je suis mal foutu, j’ai une cicatrice, j’ai du bide, les seins qui tombent… » Oui enfin, l’autre aussi, et de toute façon, sur quels critères tu peux dire que l’autre est mieux foutu ? Les critères, c’est ceux de la mode, de la société, du marketing, qui font que tu dois entrer dans des cases.

couverture zephyrmag écologie hiver 2019

Découvrez la revue du Zéphyr, n°2 : 108 pages dédiées aux défenseurs de la nature.

Heureusement, il y a aujourd’hui des magazines qui s’adressent aux femmes un peu rondes, mais c’est une niche. C’est à travers le naturisme que tu te rends compte de la diversité de la beauté de la nature humaine. Nous sommes tous différents, nous sommes tous pluriels, et dans cette pluralité, il y a une singularité qui se dégage, celle de chaque individu : qu’est-ce que je suis, moi ? Singularité, donc, et solidarité, fraternité : nous sommes tous des corps, les uns à côté des autres, qui viennent tous du même endroit et finiront tous au même endroit : il faut être simple vis-à-vis de ça.

Une fois que tu intègres ça, tu comprends que nous sommes tous une partie de cette nature, ça a du sens d’être en communion, en osmose avec elle. L’expérience la plus fréquente, c’est le bain de minuit : on fait la nouba, on se met à poil, c’est fun. Mais se poser sur du sable, nu, pour prendre le soleil, se balader, pique-niquer… C’est avoir le vent qui vient te caresser l’épiderme, c’est avoir un frisson parce que tu as marché sur quelque chose… c’est plein de petites choses qui font que tu ne vas pas vivre la même expérience que si tu étais habillé.

Tu as certes plus de sensations, mais également des sensations désagréables, de fait.

Ce n’est pas qu’elles sont désagréables, elles sont naturelles. Assieds-toi, nu, sur le sable : tu ne vas pas le vivre comme quelque chose de désagréable, mais comme quelque chose de différent parce que tu ne t’es jamais posé dessus.

Lire aussi : le portrait de Guillaume Mouton, alias Mouts, qui parcourt les routes sans argent, portable, ni vêtement pour France 5.

Qu’est-ce que le naturisme ?

C’est un art de vivre, c’est une philosophie : c’est être en accord et en harmonie avec la nature. On commence sur ces termes-là, et avec le temps c’est devenu un mouvement défendu par différentes personnes, avec ses structures, ses infrastructures, ses codes, sa fédération, ses pratiquants (occasionnels ou réguliers). Aujourd’hui, c’est le fait de vivre en totale osmose avec la nature par la nudité, ce qui n’était pas le cas dans les fondements mêmes du naturisme dans la mesure où on y portait un cache-sexe.

Quelles sont donc les grands principes du naturisme ?

La tolérance de l’autre, le respect. Le fait de se défaire des codes et des barrières que la société te pose à travers le vêtement. Le fait d’être nu, ce n’est pas de vouloir montrer son corps, l’exhiber, c’est d’être bien avec soi, s’assumer tel que l’on est sans avoir aucun diktat qui vient s’imposer sur des critères de beau ou de non-beau, de poids, de couleur, de handicap… Dans un premier temps, tu t’acceptes toi, et tu acceptes les autres et leurs différences tels qu’ils sont. Toute personne, dans sa nudité, est égale : il n’y a pas plus égalitaire que la nudité.

On ne saura pas de monsieur X ou de madame Y qui est avocat, qui est ouvrier, qui est président d’une société… Les extrémités, ce n’est pas ce qui prend le plus le froid. Tu peux te recouvrir, et s’il fait froid, tu t’habilles : le naturisme n’est pas une chose radicale et excessive en toute saison. Après, que tu rentres chez toi et que tu veuilles vivre nu dans ton domicile, grand bien te fasse, et c’est ton intimité. Même si à Paris, il est interdit de se balader nu avec les fenêtres ouvertes pour ne pas incommoder le voisinage dans une proximité de vis-à-vis.

Donc toi, quand tu arrives chez toi, la première chose que tu fais c’est de te mettre à poil ?

Voilà, parce que je suis bien comme ça. Je ne me dis pas : « Je vais me rhabiller parce que je vais faire la cuisine. »

Il faut faire gaffe aux projections d’huile, quand même !

On fait attention, on met un couvercle ! D’une manière globale, la nudité n’est pas une entrave, en rien !

La naturisme est une philosophie

Quelle distinction entre naturisme et nudisme ?

Le nudisme, c’est juste être à poil : il n’y a aucune dimension philosophique, ce n’est pas un art de vivre. Dans « naturisme », il y a « nature », il y a vraiment le fait d’être en communauté et de concert avec cette mère-nature qui t’entoure et te permet d’être sur une planète, la Terre.

C’est quelque chose que t’interdit le port du vêtement ?

Pas du tout, sauf qu’il y a certaines choses auxquelles tu n’accèdes pas. Soyons franc, passer par la nudité c’est aussi revenir à notre état naturel : c’est être tels que nous sommes lorsque nous naissons. Lorsque nous naissons, nous ne sommes pas vêtus, c’est la société qui impose le vêtement. Au final, le naturisme, c’est un retour à des choses simples. Être nu, qu’est-ce que ça change ? L’approche que tu as des gens, l’approche que tu as du climat – ce qui te renforce dans la mesure où ton système immunitaire va se développer en fonction.

Et cette notion d’égalité, de tolérance est primordiale. Respect de l’autre, et surtout respect de soi : c’est enlever le regard des autres qu’on a sur soi-même. On est tous dans des villes, dans des mégalopoles dans lesquelles on regarde les gens, on constate, on a un petit mot… la nudité, dans nos villes, dans notre monde moderne semble une fantaisie, quelque chose d’absurde ! On doit être en costume-cravate quand on est un business man, en short quand on est surfeur…

C’est marrant que tu dises ça, parce que tu es un cliché de Parisien ! Tu aimes bien la fringue, les pompes, tu as une barbe de hipster… On voit que tu portes une grande attention à ton look.

Je suis comme ça parce qu’on est en ville, et les lois sont ainsi faites que la nudité se vit aujourd’hui soit sur des plages où c’est accepté, soit dans des structures fermées pour ne pas déranger le commun des mortels… Tu vis à part, parce que la loi ne tolère pas de se balader nu mis à part dans ces lieux-là. La ville ne te permet pas de vivre nu. Si ceci était faisable, je pense que ça ne me dérangerait pas d’évoluer nu dans la Cité – mais alors pas du tout.

Je ne parlais pas du textile en lui-même, mais de ton style : on ne peut pas te foutre dans un moule standard. Tu parlais d’égalité face à la nudité : tu pourrais aussi la rechercher par des fringues basiques ?

J’aime les vêtements, mais ce n’est pas contradictoire dans la mesure où si ma vie de naturiste a ses effets quand elle est vécue, elle n’est pas pour autant perverse, à vouloir réduire au strict minimum ma vie textile.

C’est une philosophie qu’on ne peut pas pratiquer au quotidien. Comment être naturiste à Paris ?

On peut le vivre tous les jours, mais cela dépend de comment on envisage le naturisme. On peut, en effet, avoir un naturisme occasionnel : c’est celui des vacances, des week-ends. Pour ça, il y a le centre Héliomonde, qui est un village de 47 hectares dans l’Essonne et qui est entièrement naturiste. Ou Montalivet (en Gironde)… Il y a plusieurs endroits où pratiquer le naturisme sur la côte aquitaine, l’Île du Levant en face de Hyères… Tu peux y aller deux semaines par an, te faire plaisir en vivant nu parce que le reste du temps, tu ne peux pas.

Ce qui est antinomique, c’est que beaucoup de Parisiens sont naturistes, et que pour le pratiquer ils doivent sortir de Paris : au final, ce sont des moments très courts, ce qui donne l’impression que c’est une activité de vacances. Mais se trouver nu peut devenir un besoin : besoin de lâcher prise avec la société, de ralentir, de se retrouver soi pour soi, en toute quiétude…  À Paris, très peu de structures existent à l’intention des naturistes.

La piscine Roger Le Gal, dans le 12e arrondissement parisien, donne accès à l’Association des naturistes de Paris entre 21h et 23h, du lundi au vendredi. Il y a un centre spa dans le Marais, et ça s’arrête là. Après, il y a des initiatives personnelles de gens qui s’organisent entre eux pour faire des apéros, des sorties, des voyages… ça existe, mais il faut les connaître. On peut vivre nu, pas H-24, mais au maximum, à Paris, si on le souhaite.

A Paris, ce n’est donc pas possible, mais peut-on être naturiste toute l’année, dans les autres régions ?

Parfois c’est même l’inverse ! Tu es naturiste toute l’année, et tu vas travailler à Paris, donc tu inverses carrément le rythme, la tendance. Tu t’habilles pour aller travailler, et quand tu as fini tu te remets dans ton état normal. Inversons le miroir : et si être habillé se résumait à ces deux semaines par an ? Je pense qu’on vivrait la chose de la même façon. Le hobby, comme tu dis, ce serait : « Tiens, et si je m’habillais ? » Mais la société est différente, et il faut donc composer avec elle.

Il y a peu de temps, il y avait un reportage sur une Bordelaise qui, tous les vendredis, lâche sa vie bordelaise et rentre chez elle, avec sa famille, dans la maison qu’elle a achetée à La Jenny (domaine naturiste en Gironde, NDLR). Tout le monde se met nu, vit simplement et mange bien, des petites choses sympas. C’est un moment de rupture, et le quotidien reprend son rythme lorsqu’elle revient le dimanche soir. Moi, ce serait un vrai plaisir que de pouvoir évoluer nu au quotidien. Au même titre que les vêtements, qu’est-ce que la nudité empêche ? Qu’est-ce que ça retire aux textiles (les non-naturistes, NDLR) d’avoir des personnes nues à côté d’elles ? Pourquoi ne pas ouvrir des espaces plus nombreux ? La France est le premier pays naturiste au monde en termes de structures, de zones d’accueil, de touristes et de pratiquants !

Donc dans ces conditions, que devient le rapport à la nature quand tu es à poil dans un appartement, dans la plus grande ville de France ?

On est d’accord, on est loin de la nature. Pour venir au naturisme pour la première fois, la meilleure occasion, c’est effectivement de partir en vacances et de goûter au plaisir d’être nu en pleine forêt, sur une plage ou dans la mer. Ce moment-là va être magique, on risque d’avoir envie d’y revenir. Quand tu nais enfant de naturistes – ce qui n’est pas mon cas – tu peux être élevé dans une communauté dans laquelle la nudité fait partie intégrante de l’éducation. On ne va pas te montrer le corps comme quelque chose de tabou que l’on doit cacher.

Surtout, le corps nu du naturisme n’est pas ce corps nu que l’on présente partout : le corps nu n’est pas sexuel. Dans le naturisme, il n’y a pas du tout de portée sexuelle. C’est simplement une relation saine entre personnes qui vont discuter normalement, sauf qu’elles sont dans le plus simple appareil. Il n’y a pas de : « Cette personne m’intéresse parce que plastiquement attirante. » On met ça hors du champ et de toute façon, ça ne se produit pas. Quand on regarde quelqu’un, on le regarde dans les yeux : on ne regarde ni sa poitrine, ni son sexe, ni ses fesses. Le rapport est au-dessus de la ceinture, et bien au-dessus.

Moi, une nana qui est bien roulée, même habillée, je regarde ses seins, je regarde ses fesses…

Bien sûr ! Si tu vois quelqu’un quand tu es naturiste, tu ne détournes pas le regard ; tu vas la trouver jolie, après tu vas la voir passer tout le temps, ce sera à toi de prendre sur toi parce que ça va pas aller bien loin. De toute façon, c’est toi qui vas essuyer une déconvenue parce que la personne ne fera soit pas attention, soit trouvera ça déplacé. Et puis, c’est peut-être toi qui vas te sentir mal..

Je crois saisir à quoi tu fais allusion.

Il y a cette question : « Si j’ai une émotion, notamment chez les hommes, comment je gère ? » Tout le monde ne va pas s’émouvoir que tu aies une gaule, mais à force tu vas savoir maîtriser les choses parce que pour le coup, c’est toi qu’on va regarder.

Mouais… Il doit bien y avoir des cas où des naturistes ont trouvé leur moitié…

Bien évidemment, mais tu ne vas pas t’arrêter à la plastique, tu vas aller plus loin pour découvrir la personne parce que corporellement, tu la connais déjà, il n’y a plus de mystère – tu as déjà tout vu. Du coup, il y a d’autres choses à aller découvrir.

Le vêtement comme manière de se couler dans un moule, c’est aussi une façon de se différencier, ça a quelque chose d’identitaire, il y a une affirmation de soi. Moi, par exemple, je ne m’habille pas en survêt’ casquette. 

Oui, tout à fait, tu te retrouves dans des looks, des tendances globales. Parce que tu fais tel boulot, tu dois être comme ça, tel autre comme ci… Mais c’est au même titre que ta manière de te comporter : si tu es tel que tu es, tu n’as rien à cacher. En l’occurrence, un naturiste n’a pas foncièrement quelque chose à cacher – mais je pourrais ne pas révéler que je suis naturiste ! Pourquoi est-ce que j’en parle ?

Parce qu’au-delà de la pratique qui est la mienne, au-delà du fait que je me sente totalement en adéquation avec mon corps, que je n’ai pas tendance à juger les autres, je travaille néanmoins à voir quels sont les potentiels d’évolution des mentalités, des mœurs pour faire évoluer le naturisme, pour qu’on puisse avoir des espaces de liberté dans le naturisme, comme ça a été fait à Munich. Là-bas, il y a des parcs qui ont été ouverts, donc des espaces de nature, dans lesquels les naturistes peuvent se mettre à l’aise, et où d’autres personnes peuvent évoluer habillées ou en maillot de bain.

naturisme sur la plage

Il y a donc une dimension prosélytique dans ta démarche.

Un peu, c’est-à-dire que j’essaie de pousser les choses en faveur du naturisme, qui est une manière de vivre saine et dans laquelle on enlève la dimension sexuelle (ce n’est pas asexuel pour autant, la sexualité existe mais elle est du domaine de l’intime). Le domaine social, c’est une relation entre personnes comme on l’a en ce moment en discutant ensemble. Le prosélytisme qui est le mien, ce que j’essaie de défendre et d’amener, c’est que le corps et sa nudité ne soient pas un tabou.

Aujourd’hui, le corps est quelque chose qui a un cadre, qui doit correspondre à des diktats, qui est souvent pointé du doigt par des phénomènes impulsés par des grands noms de la mode qui imposent l’anorexie, les genoux cagneux… L’obésité c’est un problème, la couleur de la peau c’est un problème (d’où la montée du racisme)… le corps est tabou dans sa nudité. On le sublime, on le met partout : jamais on a vu autant de corps dénudés, et pour autant on n’a pas le droit d’exprimer sa nudité dans sa plus simple manière d’être.

Comment expliquer cette dichotomie ?

On est dans un pays qui a fait de la nudité un synonyme de sexualité : être nu est porteur de sexualité. On résume la nudité à ça, nudité = sexualité. Donc, pour éviter tout débordement, on censure.

Quels sont les plus gros clichés que tu entends sur les naturistes ?

Le Cap d’Agde ! C’est la plus grosse structure naturiste européenne ; c’est une grosse ville, des milliers de personnes y sont tous les étés, et il y a LE petit coin dont les gens vont parler. Mais même dans notre rue, est-ce que l’on sait ce que les gens d’en face font ? Non, mais si on le savait, peut-être les montrerait-on du doigt. Donc, au lieu de généraliser en disant : « Le Cap d’Agde, c’est la baise dans les dunes », il faudrait être conscient que ça reste un village naturiste dans lequel il fait bon vivre, comme Leucate, La Jenny… Évitons de dire que parce qu’il y a des naturistes libertins, tous les naturistes sont libertins : c’est très réducteur, et c’est très malvenu.

Autre cliché : pour aller faire ses courses, avoir un sac ça existe, ce n’est pas uniquement fait pour les gens qui sont habillés ! Il y a aussi le cliché du mec un peu baba cool qui vit à la roots, libre sexuellement – pourquoi le naturiste, parce qu’il est nu, serait plus libre dans sa sexualité ? Et puis, on n’a pas tous les cheveux longs et la barbe hirsute, on n’est pas crades : au contraire, la propreté est très importante et on est très précautionneux là-dessus parce que notre corps est notre vêtement. Donc, on en prend soin.

En revanche, on se balade toujours avec un paréo pour le poser sur les endroits où on va s’asseoir, pour éviter d’être en contact avec des structures sur lesquelles d’autres vont s’asseoir aussi (les sièges, les bancs…). Ça, c’est un parti pris avec lequel je ne suis pas d’accord : c’est une règle établie, mais si tu es propre, selon moi il n’y a pas de problème. Mais bon, je m’y plie parce que c’est une forme de politesse et de respect de l’autre.

Pour être bassement pragmatique, ça doit avoir des avantages non négligeables ; tu dois moins te prendre la tête avec tes bagages !

C’est sûr ! Tu n’auras jamais une valise aussi légère, un vestiaire aussi vide. Tu fais moins de lavages, tu te prends pas la tête à te demander comment tu vas t’habiller aujourd’hui pour paraître aux yeux des autres. Dans une valise de naturiste, en gros tu as un paréo, un chapeau, une paire de lunettes, de la crème anti-moustiques, de la crème solaire, une tenue pour t’habiller s’il fait vraiment froid, et ça s’arrête là.

Donc, il y a quand même le projet de paraître bien pour les autres…

En effet, il y a des questions qui se posent aux naturistes, certains vont très loin ; d’une part sur tout ce qui est pilosité – est-ce qu’on épile ou est-ce qu’on reste natures et qu’on laisse la pilosité prendre le dessus ? – et d’autre part, sur les modifications corporelles, tatouages et piercings. En gros, peut-on ou pas modifier le corps ? Est-ce que le naturisme doit se limiter à un corps naturel, tel que la nature l’a fait, avec ses qualités et ses défauts ? Cette vision-là revient à écarter les personnes tatouées ou piercées ; moi, je m’y oppose. 

Pour moi, le tatouage et le piercing ne sont pas là pour gêner ou attirer l’attention : parfois, c’est une manière de raconter quelque chose, parfois de s’embellir. Les choses évoluent, et aujourd’hui, le tatouage semble mieux accepté que le piercing : arriver tatoué dans une structure naturiste peut passer, plus ou moins, sans problème, mais en ce qui concerne le piercing (pour aller encore plus loin, je parle des tétons, des parties génitales), soit on te demande de les enlever, soit c’est interdiction totale d’entrer. C’est laissé à l’appréciation de la direction de chaque établissement.

Ce qui va carrément à l’encontre des valeurs de respect et de tolérance que tu me décrivais tout à l’heure…

C’est ce que je pense, oui ; je défends une vision qui accepte les gens tels qu’ils sont. Après tout, ça fait partie d’eux, de leur histoire, de ce qu’ils veulent raconter. Ce n’est pas un Prince Albert (piercing au gland, NDLR) ou un tatouage qui va changer mon regard sur la personne. Selon moi, elle doit vivre son corps pleinement, et si ça passe par des modifications, des embellissements, je le respecte. Ça ne doit pas lui fermer des portes. Les tatouages et les piercings devenant de plus en plus communs, je dis : « Etablissements, ne fermez pas vos portes aux personnes qui, demain, pourraient être les futurs naturistes, au risque de vous couper d’une grosse frange de la population. »

parc naturiste en france

Si les moments que tu préfères, c’est quand tu es dans la nature, pourquoi habites-tu toujours Paris ?

Pour des raisons professionnelles, je ne peux pas quitter Paris. C’est pour ça que j’aimerais qu’il y ait plus de structures dans la capitale. Pourquoi pas des espaces naturistes au bois de Vincennes, au bois de Boulogne ? Si j’ai l’opportunité de partir en week-end à la campagne, je le fais – certains de mes amis qui y habitent savent pertinemment que quand je suis chez eux, je me mets nu, et ça ne pose pas de problème. On vit quand même en bonne intelligence : s’il y a quelqu’un que ça gêne, je m’habille – ma liberté s’arrête là où commence celle des autres.

À ton avis, qu’est-ce qui empêche les gens d’être naturistes ? Au-delà de la loi, quels sont les arguments, les peurs, les pudeurs qu’on peut t’objecter ?

Le côté porno, sexuel exhibitionniste que de nombreuses personnes prêtent à la chose, ça effraie. De plus, peu de personnes ont franchement confiance en eux, je pense. Être bien dans sa peau, c’est se défaire du regard des autres. Je te parlais des valeurs de tolérance et de respect, tout à l’heure : aujourd’hui, la tolérance est un vrai problème. Je pense que c’est une expérience à faire. Une fois. Régulièrement, j’invite des amis à la piscine, en vacances, pour expérimenter le naturisme. J’en suis très content : j’en ai convertis beaucoup. Quand on touche à cette légèreté de la vie, quand on se défait du poids de la société, il y a une sorte de révélation : on est bien, simplement, et on se rend compte que ça ne tient pas à grand chose.

Plein de gens se disent prêts à franchir le pas, mais entre être prêt et le faire, il y a un vrai gap. Je pense qu’il faut que ce soit amené doucement, simplement. On vit une époque où on ne prend plus le temps de parler des choses, d’écouter l’autre et de se donner la peine de le comprendre : posez-nous des questions, simplement, sur ce plaisir, ce bien-être, ce bonheur qu’on ressent – on est en capacité d’y répondre. Et qui sait, peut-être que ça vous donnera envie de l’expérimenter. Être soi pour soi, soi au milieu des autres, avec les autres, pour les autres, c’est super important ; le naturisme te reconnecte à des réalités simples : toi, les autres, la nature et un rythme plus cool.

Lire aussi : Fidèle, mais non exclusive : confession d’une polyamoureuse

En vacances, tu es toujours plus cool…

Imaginons que les gens pratiquent le naturisme en ville, au quotidien, je pense que ça ne changerait pas. Bien sûr, le stress serait là, mais les gens seraient sûrement plus attentifs, plus bienveillants ; ne pas balancer des trucs par terre, trier ses déchets, recycler, faire du développement durable… sans faire le joyeux illuminé, je pense que ça se ferait plus facilement. / Propos recueillis par Maxime Jacquet (crédit : Frank Boulanger, dessin : Guillaume Beck)