5   +   2   =  

Des femmes et des hommes se mobilisent pour la planète, Le Zéphyr raconte leurs histoires…

Un média indépendant

Le Zéphyr a fait d’abord – sans jamais se renier – le choix de l’indépendance et de l’absence de publicité en ligne. Ainsi, le magazine en ligne ne dépend d’aucun groupe financier, d’aucune marque, ni d’aucune régie publicitaire.

Un média lent

Le Zéphyr, présent en ligne et sur papier (depuis 2020), se présente comme un slowmedia : un magazine qui prend son temps. L’important : on peut lire Le Zéphyr en retard. En retard ? Diantre… Mais non, il n’y en a pas. Le Zéphyr ne traite pas l’actualité chaude, comme disent les journalistes, mais donne la parole à celles et ceux qui la vivent, au quotidien. Les articles, publiés à contretemps de l’émotion immédiate, vous pourrez encore les lire plusieurs mois après leur publication.

Un média des gens

L’équipe a ralenti le rythme pour retrouver le temps d’aller à la rencontre de femmes et des hommes. L’idée : leur tendre le micro et les écouter nous raconter leur histoire, leur aventure, leur périple, leurs déboires, leurs analyses, leurs activités, leurs passions.

Les invisibles, les sans-voix ont leur place dans nos colonnes, on veut pouvoir transmettre leur message, zappé par le vent de l’actu (l’idée de la rencontre, du vent et du zéphyr, vous l’avez ?). Car, comme disait Jacques Ellul, « ce qui nous menace n’est pas l’excès d’information, mais l’excès d’insignifiance. »

Un média lent… et engagé

Le Zéphyr fait le pari du temps long et du pas de côté. Le pari d’un journalisme de proximité, de rencontre, subjectif, intimiste, fait de chair et de vie, émouvant, mais aussi engagé. Un journalisme qui fait sens et nous ressemble.

La neutralité journalistique n’existe pas, pour nous. Car nous ne pouvons être honnêtes avec vous, chers lecteurs, chères lectrices, qu’en assumant de vrais choix éditoriaux. Sur Le Zéphyr, nous aimons prendre parti et défendre les causes qui nous animent.

Un média écolo, oui

La Terre brûle, les activités humaines bousillent la planète. Déclin de la biodiversité, déforestation, réchauffement climatique, surexploitation… Le Zéphyr écoute le GIEC. En 2022, on a envie de dire : des femmes et des hommes se mobilisent pour la planète, Le Zéphyr raconte leurs histoires. Plus que jamais nécessaire…