Vivian Maier : “J’étais une sorte d’espionne”


Dans Le Zéphyr n°6, la rédaction présentent des photographes qui ont compté dans l’histoire. Et notamment Vivian Maier, la nounou américaine, d’origine française.

Extrait du Zéphyr n°6, A quoi sert encore la photo ?

Cette nounou franco-américaine, dont la mère venait des Hautes-Alpes, promenait les enfants… et captait, ni vu, ni connu, la vie de la rue, les gens qui passent, pauvres et riches, des enfants et des moins jeunes pris sur le vif, par surprise. Certains grimacent, infortunés.

On a retrouvé la photographe par hasard

De cette photographe compulsive, qui confiait être « une sorte d’espionne« , on retient son regard atypique sur la vie urbaine et… ses très nombreux autoportraits, pris derrière une vitre, ou jouant avec son ombre sur le sol, à New York, ou Chicago notamment. Vivian n’a jamais eu de son vivant la reconnaissance qu’elle méritait. C’est un historien qui a par hasard découvert ses milliers de pellicules… grâce à une vente aux enchères. / Philippe Lesaffre

30 % de l’article a été lu. La suite, textes et photos, dans le numéro, à commander là