« Les photographes se servent de leur art comme une thérapie »


Circulation(s), le festival dédié à la jeune photographie européenne, à Paris, fête cette année son 10e anniversaire. Bon timing pour causer du rôle de l’image et de la photographie avec Clara Chalou, coordinatrice de l’événement depuis quelques saisons.

Mise à jour 23/3 : le festival est fermé au public en raison du confinement. Plus d’infos ici.

Extrait du Zéphyr N°6 : découvrez la version longue de l’entretien de Clara Chalou, dans le numéro du Zéphyr consacré aux missions des photographies.

Stagiaire à la première édition, la commissaire indépendante a suivi de près l’évolution du festival qui aime dénicher les talents de demain pas encore sur le devant de la scène, et observer les tendances actuelles et futures, côté artistes.

Le Zéphyr : 10 ans après le début du festival, quel bilan tirez-vous ? Comment évolue le monde de la photo ?

Clara Chalou : Depuis quelques années, je remarque que de nombreux photographes se servent de leur art pour raconter leur histoire, leur parcours, si douloureux soit-il. C’est une tentative de compréhension de soi, c’est presque comme une thérapie.

Cette année, le festival met par exemple en avant une série de Nicolas Serve qui est sorti d’une addiction à l‘alcool. Il est entré dans une clinique de désintoxication, et il y a réalisé une sorte de journal intime visuel, où il aborde son séjour de manière poétique.


Sur Le Zéphyr, nos portraits sont en accès libre. Mais l'info a un coût.

Nous éditons une revue papier : Le Zéphyr explore les passions qui font bouger nos contemporains.

le zéphyr, la revue des aventures humaines

Soyez curieux, soutenez notre indépendance.


Y a-t-il une autre tendance dans le milieu ?

Oui : l’utilisation d’archives, de fonds photographiques qui sont retouchés. Une manière de mieux saisir le passé, en particulier. Je pense à l’Allemand Simon Menner qui a mis en scène des documentations de la Stasi, la police d’espionnage de la RDA pour comprendre cette sombre page de l’histoire de son pays en y apportant un nouveau regard, non sans humour.

Finalement, de nombreux artistes essayent de s’interroger sur le statut de l’image, sur son utilisation à outrance au quotidien.

Tout le monde en fait sans arrêt avec son portable. On les accumule, on les partage sur les réseaux sociaux. Cela pousse à nous questionner : mais qu’est-ce qu’un cliché ?

Propos recueillis par la rédaction

Extrait du Zéphyr N°6 : découvrez la version longue de l’entretien de Clara Chalou, dans le numéro du Zéphyr consacré aux missions des photographies.


Publicité du numéro photo de la revue du Zéphyr

Du 14/3 au 10/5/2020 au Centquatre-Paris
5 rue Curial 75019 PARIS
À noter que le festival s’exporte dans d’autres villes françaises et les artistes vus à Circulation(s) sont exposés en Europe. Plus d’infos là.