SOS Racisme organise du 27 juin au 3 juillet un festival autour de Perpignan (ville dirigée par le Rassemblement national), de Rivesaltes et d’Argelès-sur-Mer, dans les Pyrénées-Orientales. Le but du jeu : « assumer à nouveau le combat culturel » et apporter un autre éclairage sur la guerre d’Algérie, comme l’indique le chercheur Nicolas Lebourg, à l’origine de l’événement.


35€ pour tester le mag (4 numéros)

Des femmes et des hommes se mobilisent pour la planète, Le Zéphyr raconte leurs histoires

le zéphyr, la revue des aventures humaines


Il en a eu l’idée durant la dernière campagne présidentielle. L’historien Nicolas Lebourg, spécialiste de l’extrême droite, interrogé par Le Zéphyr, nous en dit un peu plus sur son intention. Via le festival Nostre Mar, il vise en particulier à questionner « la relation que nous entretenons avec les autres pays méditerranéens« . Au programme : des conférences, des expositions, et du cinéma, aussi.

« Assumer le combat culturel »

Le Zéphyr : Pour quelles raisons avez-vous créé le festival Nostre Mar ? Et pourquoi maintenant ?

Nicolas Lebourg : L’idée est née le week-end du 19 mars, moment rituel de polémiques autour de l’Algérie française, après des mois de polémiques entretenues par Eric Zemmour sur le thème du « Grand remplacement » ou le rôle positif de Philippe Pétain. À Perpignan, plus grande municipalité lepéniste, venait d’être annoncé des mois de commémorations autour de l’Algérie française, avec un évènement de type festival du 23 au 26 juin. On s’est dit qu’il fallait assumer à nouveau le combat culturel. Ne pas aller protester, mais agir après, en faisant une proposition positive avec le thème de l’unité méditerranéenne, dans un cadre non localiste, mais en montant un festival national de SOS Racisme.

« Les passés, les présents et les futurs du monde méditerranéen »

Quels sont les objectifs de Nostre Mar et quel le programme du festival ?

Le slogan du festival, c’est « liberté, égalité, Méditerranée ». Il était question de créer un festival transmédias (d’où le fait qu’il y ait du cinéma, des expos photos, de dessins, etc.) qui traitent des passés, des présents et des futurs du monde méditerranéen. On commence la semaine avec les mémoires, en montrant qu’elles sont multiples et en évolution (au travers notamment de conférences au Mémorial du camp de Rivesaltes, là où est inaugurée une nouvelle exposition pour l’occasion, mais aussi de journées portes ouvertes, tant à ce mémorial qu’à celui d’Argelès).

On continue la semaine avec le visionnage de films, dont un en avant-première qui sort tout juste du Festival de Cannes (Harka), une conférence du meilleur spécialiste du djihadisme, Xavier Crettiez. En somme, on regarde en face les difficultés des présents. On finit, le 3 juillet, en manifestant pour la marche des fiertés à l’appel de LGBT+66, parce qu’il faut construire le futur. Et puis on fait la fête, avec des soirées de DJ, et on mange. Des restaurants proposeront des cartes spéciales et des vins du coin (plus d’infos sur le programme sont à retrouver sur le site d’information Made in Perpignan). 

« L‘antiracisme n’est pas une lubie politique, mais une norme éthique et juridique »

Lire aussi : Un Afghan à Paris : Izhar nous raconte son exil forcé

La date coïncide avec celle d’un autre événement, un événement organisé par la mairie de Perpignan et l’association du cercle algérianiste. S’agit-il d’y répondre, en quelque sorte ?

On peut dire qu’ils nous ont donné l’élan pour se lancer. Ce territoire est parfait pour rappeler que l’antiracisme n’est pas une lubie politique, mais une norme éthique et juridique. Mais on a absolument voulu éviter de nourrir la machine à affrontements physiques et verbaux en n’étant pas en face, au même moment, en faisant une autre offre culturelle et non pas en allant critiquer la leur.

On veut poser la question de notre relation avec les autres pays méditerranéens, dont on ne nous parle que pour fustiger les migrants syriens, ou pour lustrer des mémoires antagonistes, quant on parle d’une civilisation qui a une telle profondeur. Il faut se repenser dans des identités plurielles : je suis perpignanais, français, européen, méditerranéen, ça me va très bien – et en plus je sais grâce à Jaurès que le patriotisme et l’universalisme fonctionnent encore mieux ensemble. / Propos recueillis par Philippe Lesaffre

Pour en savoir plus : retrouvez la page Facebook du festival Nostre Mar


Parrainez vos proches

Le bouche-à-oreille fonctionne, on a besoin de votre aide !

le zéphyr, la revue des aventures humaines