Commandez le prochain numéro du Zéphyr, sur le plaisir et le pouvoir de la table


Le prochain numéro du Zéphyr, sur la cuisine, sortira en septembre prochain. Vous pouvez d’ores et déjà le commander. On vous l’enverra avant tout le monde. Miam.

La crise sanitaire que nous avons traversé nous a rappelé qu’on pouvait (re)prendre la maîtrise de notre alimentation. Ces mets, ces saveurs, ces produits qui dessinent une France plurielle, variée, attirante.

Le plaisir de la table (qui fait société), la passion de la gastronomie. Le super-pouvoir de l’assiette, de la bouffe… Dans le prochain numéro, qui sortira en septembre 2020, nous partons à la rencontre de ces artisans, ces architectes du bon goût, ces chefs qui nous régalent, mais pas seulement… Vous verrez.

Au menu du sommaire, notamment

Alexandra Montagne – cheffe à Nosso

Marc Rosmini – professeur de philosophie

Béatrice Dominé, œnologue, 10-Vins

Kilien Stengel, professeur en sciences de la communication, qui a travaillé dans la restauration

Josette Ducournau, & Françoise Josse du projet Le gout de l’autre (repas entre Français et migrants).

et bien d’autres surprises, ainsi que vos rubriques préférées

Sortie prévue du Zéphyr, numéro 7 : septembre 2020

Commandez votre numéro et recevez-le en avant-première

En préparant le prochain numéro du Zéphyr, on lit, on rencontre, on apprend, on découvre…

Érotique, la verveine « de mamie » ?

Considérée comme aphrodisiaque au Moyen-Âge, la plante était portée par les femmes en colliers de fleurs, tandis que les hommes utilisaient sa sève pour enduire leur sexe, glisse Nathalie Helal dans Même les légumes ont un sexe (Solar).

A retrouver dans la rubrique « Les 6 infos qui ne vous sont pas parvenues » 

La grande bouffe

« La grande bouffe met en scène une manière de manger qui, à l’époque, est déjà ancienne. Lors de la sortie du film, en 1973, la révolution de la “nouvelle cuisine” a déjà eu lieu. On a déjà réduit la sauce, et la quantité dans l’assiette. Là, on voit de la quantité. c’est transgressif, mais ce n’est pas forcément une critique des bourgeois de l’époque, qui prônent déjà une consommation d’aliments sains, la qualité plutôt que la quantité. En tout cas, si Marco Ferreri voulait les critiquer, il aurait fait un autre film. »

Marc Rosmini, essayiste et prof de philosophie à Marseille, sur le film La grande bouffe, quelques semaines après la mort de l’acteur de La grande bouffe.

Un entretien à lire dans Le Zéphyr N°7, à paraître en septembre 2020.

Commandez votre numéro et recevez-le en avant-première


Sur Le Zéphyr, nos portraits sont en accès libre. Mais l'info a un coût.

Nous éditons une revue papier : Le Zéphyr explore les passions qui font bouger nos contemporains.

le zéphyr, la revue des aventures humaines

Soyez curieux, soutenez notre indépendance.