Journaliste, écrivain, William Buzy sort son nouveau livre, cette fois à destination d’un public plus jeune. Le pitch : une histoire d’un panda qui, sur la banquise, tombe amoureux d’un… pingouin. Il nous explique pourquoi il a décidé de raconter cette histoire. A-t-on le droit de s’aimer quand on est différents ?


35€ pour tester le mag (4 numéros)

Des femmes et des hommes se mobilisent pour la planète, Le Zéphyr raconte leurs histoires

le zéphyr, la revue des aventures humaines


« Tolérance, acceptation de l’autre et de ses différences »

Le Zéphyr : De quoi parle le livre ? Et quels messages souhaites-tu faire passer au travers de ce récit destiné aux enfants ?

William Buzy : Ce livre raconte l’histoire d’un panda qui, par hasard, découvre la banquise et tombe amoureux d’un pingouin. Bien sûr, tout le monde lui explique que ce n’est pas possible, que les pandas doivent être avec les pandas, et les pingouins avec les pingouins. Mais lui ne comprend pas et se demande bien pourquoi… Il s’agit de mettre en avant des notions très simples autour de la tolérance, de l’acceptation de l’autre et de ses différences

William Buzy à droite, Rayan Bucherie, le dessinateur, à gauche

Quels rôles peuvent jouer la fiction dans ce travail d’éducation ?

La fiction est souvent une bonne porte d’entrée. Certains publics ne sont pas forcément intéressés par l’information, les médias, mais tout le monde est exposé à la fiction, que ce soit par l’audiovisuel ou par l’écrit. C’est donc un bon moyen d’entrer en contact avec un nouveau public. C’est aussi un levier plus facile pour garder l’attention. La captation de l’attention est une sacré bataille, surtout aujourd’hui et même chez les enfants. La fiction est un bon moyen de lutter contre les adversaires redoutables que l’on connaît.


Parrainez vos proches

Le bouche-à-oreille fonctionne, on a besoin de votre aide !

le zéphyr, la revue des aventures humaines


Il y a vraiment un avantage par rapport à un témoignage réel, par exemple ?

Le rapport de la lectrice ou du lecteur avec la fiction est très différent. Il est plus ouvert, moins méfiant que face à un article de presse, par exemple. On peut donc mieux travailler sur les sujets importants et ouvrir des débats de fond grâce à la fiction. Elle permet aussi de s’adapter au public visé et d’aller sur le terrain qui lui plaît pour être sûr qu’il nous accueille et qu’il entende le message.

Lire aussi : Les Ptits Kipik, au chevet des hérissons vulnérables

En l’occurrence, pour des enfants comme ici, la fiction me permet de créer une histoire autour d’un panda et d’un pingouin, deux personnages que j’aurais bien eu du mal à faire témoigner… et dont je sais que les enfants sont friands. Ils seront donc intéressés a priori par leur histoire, et plus attentif au message. Lequel par ailleurs, dans une fiction réussie, est tout aussi fort et construit que s’il était passé par du réel. / Propos recueillis par Philippe Lesaffre

Pour commander le livre, retrouvez le site de l’auteur William Buzy ici.

Le panda qui était amoureux d’un pingouin, de William Buzy, illustré par Rayan Bucherie (Typographe éditions, juin 2022)