Le Zéphyr s’est entretenu avec la surfeuse Pauline Ado, plusieurs mois après sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021. La jeune trentenaire engagée pour un océan plus propre se confie.

Quand on a échangé avec Pauline Ado, elle venait de rentrer d’une compétition en Israël, et elle s’apprêtait à repartir au Portugal, le lendemain. La vie d’une athlète professionnelle, souvent en déplacement pour chercher la vague de sa vie. Sacrée plusieurs fois en junior, championne du monde en 2017, la surfeuse native de de Bayonne, a participé, l’an dernier, aux JO de Tokyo. C’était la première fois que ce sport était au programme olympique. Pour Le Zéphyr, elle revient sur son parcours hors-norme et se livre sur son rapport à la mer, très fort.

Cet article est un extrait de l’entretien, publié dans Le Zéphyr n°12 – Au plus profond des océans. Découvrez son sommaire, passez commande pour soutenir le média des aventures humaines. Lisez et offrez le magazine ! Cet été 2022, l’abonnement annuel (4 numéros + 1 gratuit) est à 20 euros !

Le Zéphyr : Quel est votre rapport à l’eau et à la mer ? Qu’est-ce que vous ressentez quand vous y êtes ? 

Pauline Ado : C’est un besoin ; quand je n’y suis pas, en raison de blessures ou en cas de… pandémie, je ressens le manque. Le bruit, les odeurs, le contact avec l’eau. Et les sensations que l’on peut avoir en surfant. Si je devais qualifier la relation, je dirais que c’est : “Je t’aime moi non plus”. On est sans arrêt en quête des meilleures sensations, et puis bien souvent on n’arrive pas forcément à se connecter avec les vagues, on n’est pas dans le bon rythme. Et cela peut arriver dans n’importe quelle condition. Parfois, on peut se faire peur, aussi. Dans l’eau, c’est à la fois frustrant, et à la fois très excitant.

“On est sensibilisés, c’est sûr, car on y va tous les jours. On voit, après une tempête, les déchets qui arrivent… 

Quand on est surfeuse est-on forcément écolo, puisque sensibilisée à la fragilité de l’océan ?

On est sensibilisés, c’est sûr, car on y va tous les jours. On peut observer, après une tempête, les déchets qui arrivent. Mais on n’est pas des citoyens modèles non plus. On se déplace beaucoup pour chercher les vagues. On utilise du matériel, une planche de surf, des combinaisons. Après, c’est vrai, il y a des alternatives plus écologiques qu’auparavant en ce qui concerne les matériaux. 


Offre de l'été: 20€ pour tester le mag (5 numéros)

Des femmes et des hommes se mobilisent pour la planète, Le Zéphyr raconte leurs histoires

le zéphyr, la revue des aventures humaines


Vous vous mobilisez aux côté de plusieurs ONG...

J’essaye, oui. D’abord, je suis avec l’association Handi Surf (ex-Des vagues et des enfants). Il y a quelques années, on m’a proposé d’encadrer des ateliers d’initiation au surf pour les enfants en situation d’autisme. Cela m’a plu, car on transmet quelque chose, il y a beaucoup d’émotions… Et je suis devenue marraine de Handi Surf. Quand je le peux, j’anime des ateliers d’initiation de surf, j’échange aussi avec des athlètes en situation de handicap sur tout un tas de sujets autour de la pratique. 

Lire aussi : « Il est temps de se responsabiliser » : Amandine Renaud au chevet des grands singes victimes de la déforestation

“On peut consommer autrement pour éviter qu’une bouteille en plastique ne termine sa course dans la mer” 


Parrainez vos proches

Le bouche-à-oreille fonctionne, on a besoin de votre aide !

le zéphyr, la revue des aventures humaines


Et puis il y a la question des déchets qui vous anime…

J’ai connu les marées noires, des plages ont été interdites, puis rouvertes. On marche dans un sable et on a des tâches sur les pieds, on surfe, et il y en a partout sur la combinaison. Il y avait, à mon époque, des campagnes de sensibilisation dans les écoles de surf en particulier, sur la durée de vie des déchets, sur la préservation de l’eau. La démarche, la pédagogie, ça fonctionne. La preuve, chez moi, c’est resté.

Lire aussi : Bientôt, des cours d’écologie à l’école ?

Je participe à des sessions de nettoyage, par exemple, celles organisées par Surfrider. C’est symbolique, car on a beau nettoyer, il y aura d’autres déchets le lendemain. C’est de la sensibilisation auprès des gens qui sont là… On parle du traitement des déchets, ça pousse à la réflexion, on se dit qu’on peut consommer autrement pour qu’un emballage ou une bouteille en plastique ne termine pas sa course dans la mer. 

J’ai aussi participé à certains événements sportifs organisés par l’association de sensibilisation à la préservation de l’eau Water Family, parfois, elle me sollicite pour divers événements… C’est chouette ! / Propos recueillis par Philippe Lesaffre

Vous n’avez lu qu’une partie de l’entretien. Retrouvez l’article complet dans le magazine, commandez la revue via notre boutique en ligne si ce n’est pas fait, pour soutenir Le Zéphyr, le média des aventures humaines. Découvrez aussi les points de vente du Zéphyr.