Quand une photo-reporter a besoin de partir loin du bitume, loin des villes ultra-connectées, pour trouver un sens… Aure Briand-Lyard nous dévoile sa quête photographique. Direction : le nord de l’Europe.

Extrait du Zéphyr n°6, sur le rôle des photographes. Commandez le numéro sur la boutique en ligne

Il est parfois dit que le principe-même du voyage réside dans l’égarement qu’il suscite. C’était mon but. Souhaitant plus que jamais amorcer une perdition aussi organisée que volontaire, j’orchestrais ma propre envolée vers une quête photographique, sorte d’épopée made in XXIe siècle. Ce que je cherchais ? Je ne le savais pas encore. 

Mes photos, messagères de mon périple

Louvoyant vers une misanthropie assumée, je ne m’étais jamais sentie chez moi, dans la société de consommation pourtant si immersive. Fuir la civilisation pour en retrouver une autre était donc une option somme toute satisfaisante.


Publicité du numéro Voyage de la revue du Zéphyr

J’aimais l’idée d’amorcer ma propre disparition en laissant quelques traces, pour les curieux qui s’aventureraient ensuite sur un chemin similaire. Après ma disparition au sein de ces étendues aussi païennes qu’inexplorées, seules mes photos seraient alors les messagères de mon périple. / Aude Briand-Lyard

Vous n’avez lu qu’une petite partie de ce grand récit de voyage. La suite, avec les photographies, dans la revue du Zéphyr