Elle incarnait le visage de l’extrême droite allemande : Frauke Petry était la très médiatique porte-parole entre 2015 et 2017 de l’Alternative für Deutschland (AfD).


Sur Le Zéphyr, nos portraits sont en accès libre. Mais produire de l'information de qualité coûte de l'argent.

Nous éditons une revue papier : Le Zéphyr explore les passions qui font vibrer nos contemporains et raconte le monde qui bouge.

le zéphyr, la revue des aventures humaines

Soyez curieux, soutenez notre indépendance.


Cette formation politique aux discours incendiaires face aux migrants qui a remporté, en septembre 2017, une sacrée victoire aux élections allemandes. Depuis qu’elle a fait irruption dans le petit monde de la politique outre-Rhin, la quadra n’a cessé de monter en puissance… du moins, jusqu’au coup de théâtre, à la rentrée.

Rassemblés pour une conférence de presse importantissime, les ténors de l’AfD, ont assisté à un retournement de situation auquel ils ne s’attendaient pas. Alors qu’ils pensaient fêter le score historique 12,6 % des législatives, leur figure de proue a tout simplement fait une « Philippot » (l’ex-bras droit de Marine Le Pen a quitté le FN ) en annonçant qu’elle refusait de siéger au Parlement aux côtés des membres de son parti.

Bleu comme son nouveau parti

Frauke Petry, une brune d’une quarantaine d’années, n’aurait pas apprécié les paroles d’Alexander Gauland, la tête de liste du parti d’extrême droite qui, juste après l’annonce des résultats, lançait une « grande chasse à Merkel ». Elle estimerait que ce genre de déclarations n’est pas constructif pour les électeurs modérés. Plus tard, quittant ses fonctions de porte-parole, elle annonce avoir fondé une nouvelle formation politique : le Parti bleu.

Car, oui, Frauke Petry a sans doute une longueur d’avance sur ses camarades d’extrême droite. Elle sait que l’électorat du centre droit lui serait précieux pour décrocher un jour le siège de chancelière qu’Angela Merkel occupe depuis quatorze ans. Pour l’heure, les autres dirigeants de l’AfD ne se sont pas lancés dans de grandes déclarations. Selon Jörg Meuthen, l’un des caciques du mouvement, sa décision est regrettable.

Quant à Alexander Gauland, qui avait expliqué en septembre dernier que les Allemands pouvaient aussi être « fiers » des soldats nazis, il préfère botter en touche. Il précise que cette fameuse décision est celle de Frauke Petry et non celle du parti.

frauke petry

 L’anti-Merkel ?

Aux prémices de sa carrière politique, Frauke Petry a tout d’abord pensé rejoindre les rangs de la CDU, le parti conservateur dirigé par Angela Merkel. Les deux femmes étant originaires d’Allemagne de l’Est, il eût été intéressant d’observer leurs trajectoires respectives au sein de la formation de droite, mais elle s’est finalement engagée au sein de l’AfD dès sa création. Au tournant de l’année 2014, l’AfD est encore une toute petite structure calquée sur le modèle des partis conservateurs britanniques ; mais, sous l’égide de Frauke Petry, il devient un parti anti-européen qui prône l’un des discours les plus durs du vieux continent.

Depuis son irruption sur la scène allemande, la jeune femme, chimiste de formation, a fait des questions économiques l’une de ses marques de fabrique. Mais si elle se veut sauvagement opposée à toute forme d’interventionnisme étatique dans les affaires des entreprises du pays, elle tente surtout de faire oublier à l’opinion publique qu’elle en a largement profité à l’époque où, loin des débats et des tribunes, elle gérait une PME florissante de la région de Leipzig.


Publicité du numéro Voyage de la revue du Zéphyr

Contre-pied

La nouvelle figure de l’extrême droite allemande n’est effectivement pas à un paradoxe près. Outre ses conceptions ultralibérales, elle refuse aujourd’hui d’entendre parler des quotas féminins dans les entreprises et dans la sphère publique. Là encore, elle oublie de préciser qu’elle en a largement bénéficié. Mais pourquoi cultiver cet art du contre-pied ? Dans un pays où la donne politique évolue au rythme des vagues migratoires et des annonces de plans sociaux, nécessité fait loi. Et cela, Frauke Petry l’a bien compris.

L’opportunisme politique sur lequel s’appuie sa formation ne doit rien au hasard : Vlaams Belang, Jobbik, FN, Ligue du nord… toutes ces formations ont été, tôt ou tard, contraintes de composer avec les mutations de leur environnement politique national. En France, le Front national de Marine Le Pen est progressivement passé du registre néo-réactionnaire ascendant nationaliste à un discours plus proche de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon.

Il y a quelques mois, la formation d’extrême droite a même commencé à aborder des sujets liés à l’écologie et la protection de l’environnement : un contraste saisissant au regard de ce que fut la prose de Jean-Marie Le Pen du temps de sa splendeur.

frauke petry comme philippot ?

Une question de détails

À l’époque, le fondateur du parti, et père de son actuelle présidente, versait davantage dans l’évocation de certains « détails de l’Histoire » que dans la sauvegarde des espèces en voie d’extinction. En Europe, d’autres partis en ont fait leur credo. Aux Pays-Bas, la question de l’accueil des réfugiés a insufflé une nouvelle énergie au « Parti pour la liberté », créé en 2006 par Geert Wilders. Déjà clairement identifié à droite, le parti de Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, est en passe de se faire doubler par une formation encore plus à droite.

Le mois d’avril 2015 a, en effet, vu le Jobbik (Alliance des Jeunes de Droite – Mouvement pour une meilleure Hongrie) remporter une victoire de choix lors d’une élection partielle : en jeu, le contrôle d’une ville de la région de Budapest. Mais si l’écart entre la liste gouvernementale et celle des extrémistes est faible (un peu plus d’1 % les sépare), ce revers prouve que la tendance globale évolue en Hongrie.

Seul pays où les choses évoluent à contrecourant, la Belgique assiste à un recul progressif de son parti d’extrême droite. Malgré la venue de Geert Wilders lors de son congrès le 4 mars dernier, le Vlaams Belang (Intérêt Flamand – parti politique nationaliste d’extrême droite) est en recul sur le plan national.

Ce dernier avait pourtant harangué la foule, en saluant notamment l’avènement d’un printemps patriotique conduit « en Amérique avec Donald Trump ; en France avec Marine Le Pen – cette femme qui a plus de couilles que mon Premier ministre Mark Rutte et que votre Charles Michel… » Mais, sans orateur de la trempe de Geert Wilders, Marine Le Pen ou Frauke Petry, le parti extrémiste flamand ne fait plus guère illusion.

Drapeau du Freiheitliche Deutsche Arbeiterpartei

Drapeau du Freiheitliche Deutsche Arbeiterpartei

Sur les cendres des néo-nazis

L’émergence fulgurante d’Alternative pour l’Allemagne, et de sa figure de proue Frauke Petry, correspond également à l’affaissement et la fragilisation d’autres entités d’extrême droite. À Dresde, pas une semaine ne se passe sans que des cortèges néo-nazis ne battent le pavé des artères principales. Rassemblés sous l’égide du NPD (Parti national-démocrate d’Allemagne), des centaines de crânes rasés scandent un même slogan, « La barque est pleine ! », indiquant qu’avec 1,1 million de réfugiés (pour la seule année 2015) sur son sol, l’Allemagne ne saurait supporter de nouvelles arrivées.

Mais aux dernières nouvelles, le NPD pourrait prochainement disparaître : la Cour suprême du pays songe en effet à l’interdire et à prononcer sa dissolution. Si elle semble motivée par le risque accru de débordements dans les grandes villes de l’ancienne Allemagne de l’Est, la démarche soulève toutefois une controverse au sein même de la Cour : interdire un parti est « une épée à double tranchant qui doit être maniée avec prudence. Elle limite la liberté pour préserver la liberté », a déclaré, le 1er mars, le juge Andreas Vosskuhle, qui préside l’audience devant se prononcer sur le sort du NPD.

Der III Weg

Dans la nébuleuse néo-nazie qui reste, avec les années, de plus en plus vivace en Allemagne, l’AfD ne fait pas cavalier seul : outre le NPD et son cortège de skinheads, d’autres groupuscules hantent les rues et la mémoire du pays. « Der III Weg » (littéralement, « la Troisième Voie ») a été fondée en 2013. Affublé d’un nom qui renvoie les esprits les plus fertiles au IIIe Reich, le parti appelle à l’émergence d’un « socialisme allemand », et porte un programme clairement musclé qui se résume en quelques points : virer les réfugiés du pays, purger les institutions, rétablir l’ordre en Allemagne – rien de neuf sous le soleil.

Ou encore « Die Rechte » (« La Droite »), autre groupe extrémiste de droite, fondé lui aussi en 2013, qui entend « sauvegarder l’identité allemande » tout en prenant la suite du NPD, comme l’affirment nos confrères de Der Spiegel. Outre les réfugiés les plus récents, ces deux entités ciblent également les dirigeants actuels comme responsables du déclin allemand.

Lire aussiJair Bolsonaro : mains propres et idées sales

Inquiétudes à la Chancellerie

Symbole du terreau fertile dans lequel Frauke Petry et son parti prennent racine, le mouvement Pegida (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident) a pris une ampleur assez inédite dans l’histoire récente de l’Allemagne réunifiée. Ce parti a fait irruption sur la scène politique et sociale en octobre 2014. Créé par un ancien cuisinier reconverti dans le monde du marketing, le mouvement proteste contre la politique d’asile du gouvernement et dénonce par ce biais ce qu’il perçoive comme une islamisation du pays et de l’Europe. Soutien officiel de Marine Le Pen et du Front national, le mouvement est également proche de Frauke Petry.

Au sein de la majorité, l’inquiétude est de mise. Dans le camp d’Angela Merkel, chacun sait que la situation se dégrade d’heure en heure. Avec l’afflux des migrants et le choix de la chancelière d’en accueillir plusieurs milliers, les mouvements d’extrême droite et leur discours xénophobe gagnent en vigueur. La montée en puissance de l’AfD atteste un changement profond dans l’équilibre des forces politiques.

Face à Merkel, le profil de Frauke Petry tranche. Une jeune femme, issue du monde de l’entreprise, qui connaît les réalités et les difficultés du marché de l’emploi… On est très loin d’une Angela Merkel qui, bien qu’ayant des origines communes à sa rivale d’extrême droite, fait office d’émanation du système. Si tout ceci n’est qu’une bataille d’image, force est de constater que la comparaison impacte largement l’opinion publique.

« Nous pouvons le faire »

Frauke Petry a transformé l’AfD en machine de guerre, comme Marine Le Pen a réussi la mue du Front national en France, et la motion qu’elle a présentée lors du congrès d’octobre 2015 a réuni 60 % des voix exprimées. Frauke Petry se sait en position de force dans un paysage politique où la ligne de Merkel en matière d’immigration est extrêmement clivante (en tout cas, il y a quelques mois).

Lire aussi : le portrait de la jeune Angela Merkel, lorsqu’elle était toute jeune ministre de l’écologie.

Lors de ce même congrès, Frauke Petry va jusqu’à demander la démission de la chancelière en réponse à l’ouverture des frontières du pays aux vagues migratoires : « Démissionne, Merkel, tu peux le faire !», a-t-elle scandé en détournant le « Wir schaffen das! » (« Nous pouvons le faire ! », une sorte de Yes we can, version allemande), lancé par la chancelière à ceux qui doutaient que l’Allemagne pouvait accueillir ces migrants. Enfonçant le clou, après les incidents de Cologne (une série d’agressions sexuelles, N.D.L.R), la très sage Frauke Petry avait lancé : « Est-ce que l’Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et multicolore pour vous, Madame Merkel? » / Jérémy Felkowski