David Belliard : “Les ultra-riches sont en train de suicider la planète”

David Belliard est souvent présenté comme un gentil garçon, l’intello-bobo-homo-Parigot parfait pour mener une campagne lisse aux élections municipales de 2020. Oui, mais voilà : le candidat EELV à la Mairie de Paris est tout, sauf cela.



J’ai toujours rêvé de faire le portrait de la der de Libération. C’est mon graal de jeune journaliste, “mon Amérique à moi”, comme chantait Jacques Brel. Ce fut donc assez étrange de retrouver, sur la dernière page de l’édition du 8 juillet 2019, un portrait assez ressemblant à celui que je venais de boucler. J’étais un peu comme un cycliste amateur en vadrouille, emporté, malgré lui, par le peloton du tour de France. Fier et penaud à la foi.

Comment expliquer que mon brouillon sur l’écolo David Belliard et le papier de Matthieu Écoiffier, si ressemblants, aient été publiés en même temps ? Les municipales, évidemment : cette satanée campagne électorale, qui nous fait tourner en rond : toujours les mêmes questions, toujours les mêmes réponses. Alors, j’ai repris la transcription de mon interview de l’élu francilien, et, histoire de me rendre utile aux lecteurs du Zéphyr, je suis allé y chercher ce que vous ne trouverez pas dans Libé.

Lire aussi : Charlotte Marchandise, Madame la présidente des Bisounours

Et, pour commencer, cet aveu : “Je ne suis pas né écolo.” On sait que David Belliard vient d’une famille d’ouvriers de la banlieue de Vesoul, dont le rêve était de le voir réussir le bac. On sait que ce quadragénaire est diplômé d’une école de commerce et a commencé par faire du consulting dans une big firm.

On sait qu’en gagnant de l’argent, David-le-petit-gros est devenu un trentenaire svelte. “Il y a une biopolitique du corps”, explique-t-il, en évoquant Michel Foucault. Il tirera de cette expérience une conviction : ce sont toujours les “pauvres” qui trinquent. La malbouffe, c’est pour les “pauvres”. La pollution, les pesticides, la violence sociale, l’interdiction du diesel… Tout sur le dos des plus précaires. Et, pendant ce temps, les “riches” urbains apprennent à construire des meubles et à préparer leurs confitures en mode : do it yourself… “Un truc de ‘pauvres’ ruraux devenu un truc de ‘riches’ urbains !

Lire aussi : De shopping addict à coach zéro déchet : le chemin de Marion

david belliard maire de paris

Névrose de classe

Saviez-vous que David Belliard appartenait à la caste des intouchables ? Ces gars que les p’tits bourges d’écoles de commerce regardent à peine : les inconnus, les nobody.

Ce mépris et cette violence sociale ont tant marqué David qu’il en a fait le cœur de son engagement politique. “J’aurai toujours de la poussière sur les épaules, je serai toujours un fils d’ouvriers. Je ressens le monde comme ultra-violent : toute cette société est basée sur des souffrances obscures et non dites. Vis-à-vis des animaux, des travailleurs pauvres, des personnes âgées… qui sont devenues inacceptables aujourd’hui.”

Cette injustice, David Belliard cherche d’abord à la comprendre. Il devient consultant financier le jour et étudiant en sociologie à Paris VII le soir. Une sorte de gaucho masqué.

« Je naviguais entre deux mondes opposés »

Dans cette fac, il poursuit un cursus dirigé par Vincent de Gaulejac, le sociologue clinicien et théoricien de… la « névrose de classe« . On imagine le trépidant cadre sup’ défaire sa cravate et fourrer son blazer au fond d’un sac, dans le métro qui le mène du cabinet Arthur Andersen – près des Champs-Élysées – à l’université Paris-Diderot. “Je naviguais entre deux mondes opposés.” Bonjour la schizophrénie de classe !

Lire aussi : Julien Talpin, docteur ès ghetto

Entre temps, il rencontre les leaders du mouvement LGBT. À leur contact, il découvre le sens de la lutte : “Ne pas être une victime. Ni du VIH, ni de l’homophobie.” On est en 2004, et le Sidaction lui offre une place de directeur financier, “un changement radical”. Deux ans plus tard, il prendra le poste de directeur général adjoint de l’ONG.

En 2008, nouvelle bascule : simple adhérent des Verts, qu’il a rejoints au départ en raison de leur soutien aux homosexuels dans leur combat pour l’égalité des droits, il entre dans le staff de la campagne européenne de Daniel Cohn-Bendit. Parmi les candidats de sa liste, un certain Pascal Canfin, journaliste à Alternatives économiques, nouvellement élu au Parlement européen. David Belliard n’est pas journaliste, mais postule pour le remplacer, puis obtient le poste de chargé du développement du magazine pour lequel l’écolo bosse toujours.


couverture zephyrmag supporters printemps 2019

Passionné·e par le Japon ?

Feuilletez notre numéro dédié aux Français qui rêvent en japonais !


“La sécession des riches”

Ma conviction est que les ultra-riches sont en train de suicider la planète. La fraude fiscale, le maintien des épaves flottantes sur l’eau, la recherche des gaz de schiste, etc. Ce sont des décisions d’entreprises dirigées par des ultra-riches. Et leurs décisions nous conduisent à l’autodestruction.” Bref, le problème vient “des riches”.

Il constate, aussi, que le gouvernement actuel réagit à l’accroissement des inégalités par la répression et l’établissement d’un régime de plus en plus autoritaire “pour parer aux mouvements de contestation en affaiblissant la presse, les syndicats, les libertés publiques. Il existe un vrai danger que les plus riches imposent un autoritarisme aux plus pauvres pour maintenir les inégalités”, estime-t-il.

Le candidat EELV aux municipales de 2020 ne croit pas non plus aux fantasmes des smart cities super technologiques, ni aux miracles de la géo-ingénierie. “La technologie sauvera les 1 % des plus riches. C’est exactement l’histoire de la série brésilienne 3 % ou du film Elysium. Moi, j’appelle ça la sécession des ‘riches’.

Une théorie à la frontière du complotisme… mais confirmée par un phénomène étonnant : l’achat massif de datchas en Islande par des nababs de la Silicon Valley.

“Je fais de la politique pour ouvrir des possibles”

On lit, par-ci, par-là, que David Belliard serait centriste. Un gentil vert. Certes, il a le physique et le CV de l’emploi. L’Edhec, Arthur Andersen et la vie parisienne l’ont “lissé”. Mais, au fond, Belliard est un rebelle. Un faux gentil.

Il dit “empowerment”, j’entends “révolte”. “Je suis assez marxien, dans le sens où je crois que les gens doivent prendre conscience de leur pouvoir. Ils doivent prendre conscience que l’on ne peut pas faire contre leur volonté. Et que le système de compétition capitaliste qui fonde notre modèle de société est voué à l’échec.

Lire aussi : Paris : le journal des naufragés du RER D

Même s’il défend une “écologie pour tous”, une “société sobre” et une “politique qui ouvre des possibles” – ce que je suppose être des éléments de langage – David Belliard est donc bien loin de l’étiquette du bobo qu’une partie de la gauche parisienne tente de lui coller. Note pour plus tard : ne jamais se fier à une première impression – sans mauvais jeu de mot. / Jacques Tiberi